Un souvenir de Noël

L’autre jour je suis allée m’allonger une demi-heure en fin de journée pour me reposer un peu avant de reprendre mon travail, et en ouvrant les yeux je pensais à toi.

Grand-Père.

Une rêverie si douce et si légère comme un rire d’enfant. Et même si je me demande toujours comment tu vas, ce que tu fais, ce que tu éprouves, si tu nous regardes de là-haut, si tu nous murmures des mots doux quand ça va pas, si tu poses une main légère sur nos épaules quand le monde est trop difficile, quand la route nous éreinte,  si tu continues de siffler de tout ton cœur ou si tu es plutôt perdu au milieu de grandes conversations avec les auteurs, journalistes et penseurs des siècles passés…

Parfois, j’espère toujours te croiser au coin d’une rue ou au détour d’un café, recevoir un message, ou entendre ta voix. Car c’est vrai qu’on l’oublie, la voix, le rire. Mais malgré ton absence, tu restes un long silence qui fleurit.

De ces bourrasques de pensées vers toi, il y en a une qui apparait plus vive en ces temps de fêtes : la fameuse journée où nous habillions la maison de ses plus beaux apparats de Noël. Elle nous était dédiée cette journée, tu te souviens ? Toi et moi avec l’échelle, un peu plus à droite, non un peu plus à gauche. Peu à peu on transformait le salon des parents en véritable Truffaut. Il y avait la guirlande rouge et or qui traversait le salon de toute sa longueur et se démultipliait telles les pattes d’une araignée en couleurs argent, vert, bleu ; la guirlande électrique qui scintillait aux fenêtres et le panneau de « bonnes fêtes » que nous installions au-dessus du piano. Oh que je me rappelle de tout. Des soupirs de maman qui disaient « ne pensez-vous pas qu’il y en a assez » aux chants de Noëls murmurés par Tino Rossi ou encore Franck Sinatra ; de Grand-Mère qui riait à nous voir jouer les apprentis décorateurs tout en faisant des réussites.

Que de bons souvenirs, que de traditions qui me manquent.

Depuis ton départ, on a commencé à les réinventer, doucement, années après années. On essaye de se réapprivoiser de nouveaux bonheurs, de nouveaux rites afin de retrouver les étoiles dans nos yeux ; autant qu’il y en avait avec toi cette journée-là.

Related Posts with Thumbnails

Author: Christine

Fondatrice de Réinventer le Quotidien, Christine est la rédactrice en chef du site. Elle est titulaire d’un B.A en marketing obtenu à Dublin et d’un M.A. en communication de l'UQAM. Le jour, elle est stratège en contenu, rédactrice web, journaliste et naturopathe; tandis que le soir, elle est une maman et une conjointe épanouïe. Christine est passionnée par la santé, le bien-être, la Slow Life, le minimalisme, la cuisine, les voyages, les relations humaines et aime créer des ponts entre chacune de ses passions. Son credo? « Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité. »

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This