En tête à tête avec Diane Stehle

✖ 44 ans    ☞ Auto-entrepreneuse et rédactrice en chef des magazines Portrait et LUXE    ➽ Originaire de France    ♜ Habite à Montréal     ♥ Vit avec son compagnon et ses deux enfants    ✔ http://magazineportrait.com/ | http://magazineluxe.com/

 

 

Que faites-vous en ce moment ?

 

Je suis en bouclage du magazine Portrait et en préparation de la prochaine édition du magazine LUXE. Je jongle entre les deux magazines, plus quelques autres projets.

 

 

Comment êtes-vous devenue une auto-entrepreneuse ?

 

À l’époque, j’étais salariée dans une grosse compagnie, où j’étais architecte d’information, puis je suis tombée enceinte de mon premier enfant. C’était il y a 13 ans. J’ai décidé de me mettre à mon compte à ce moment-là. Je commençais aussi à m’ennuyer dans mon activité. J’aimais plus ou moins l’ambiance de l’entreprise et j’avais envie d’avoir plus de flexibilité pour la famille, justement. Je me suis dit que si je faisais des enfants ce n’était pas pour que quelqu’un d’autre s’en occupe. Je me suis donc mise à mon compte à la fin de mon congé de maternité.

 

 

Si vous aviez 3 conseils à donner à quelqu’un qui souhaite se lancer, quels seraient-ils?

 

Le premier serait de diversifier ses activités. Par exemple, quand j’ai commencé, j’étais architecte d’information. Comme j’ai fait des études de lettre, je suis retournée à mes premiers amours : la rédaction. J’ai donc offert les deux services, en plus de faire des traductions. Cela m’a permis d’élargir ma clientèle et de m’ouvrir des horizons. Petit à petit, j’ai eu la chance de garder uniquement la rédaction et de lâcher le côté plus technique que j’aimais moins.

 

Le deuxième conseil, ce serait de « réseauter ». Je dis cela, mais finalement je l’ai peu fait (rires) car avec les enfants, c’était plus compliqué de sortir le soir. Néanmoins, je pense qu’il est utile de se forcer de temps en temps pour aller dans des 5 à 7 et rencontrer du monde. Quand on est travailleur autonome, on comprend aussi rapidement que les gens qui font le même métier que nous ne sont pas des concurrents, mais des partenaires. Il faut s’entraider, se donner des trucs, et même parfois partager ou déléguer des mandats.

Enfin, j’ai aussi passé un examen à la SQRP (Société québécoise de la rédaction professionnelle) qui m’a permis de devenir rédactrice agréée. J’ai ainsi renforcé ma crédibilité auprès de mes clients et rencontré des gens qui sont aussi rédacteurs, mais dans des créneaux différents du mien : politique, pharmaceutique, etc. Cette association a été très importante dans ma carrière et m’a apporté de nombreux contrats.

 

Et mon troisième conseil serait de se donner du temps. Pour moi, une clientèle se bâtit tranquillement. Il faut compter 3 à 5 ans. Au départ, il faut aussi faire quelques concessions comme travailler un peu le soir ou les fins de semaine.

 

 

Qu’est-ce qui vous permet de croire en vous et votre petite étoile?

 

Les personnes qui se mettent leur à leur compte ont souvent un grand besoin d’indépendance.

 

J’avoue qu’aujourd’hui, pour rien au monde, je ne retournerai dans une entreprise. Je n’aime pas être prise entre quatre murs de 9 h à 5 h. Je n’aime pas beaucoup l’autorité non plus (rires). Je suis très indépendante. Évidemment, on a toujours des comptes à rendre à ses clients, mais on est notre propre patron.

 

Je compare souvent la situation du travailleur autonome à quelqu’un qui joue sur les marchés boursiers : il faut avoir un certain tempérament et du sang froid. Quand ça descend, il ne faut pas perdre espoir et baisser les bras. Il faut être patient. Ce n’est pas parce que tu n’as pas de contrats pendant deux semaines que cela ne va pas revenir. Il faut rester calme et même en profiter pour faire autre chose !

 

Et puis, être à son compte correspond à un style de vie avant tout qu’il faut aimer.

 

 

Qu’est-ce qui vous rend heureuse ?

 

Ce qui me rend heureuse, c’est de pouvoir être auprès de mes enfants au quotidien, de passer beaucoup de temps avec eux. Ils ne sont jamais allés au service de garde ce qui est un grand privilège.

 

En ayant choisi de travailler à la maison, je gagne énormément de temps dans les transports et j’ai une grande flexibilité d’horaire : entre deux textes, je lance une brassée ou prépare le souper. Chaque heure est rentabilisée. Du coup, j’ai beaucoup plus de temps les fins de semaine ce qui me permet de faire autre chose que le ménage!

 

J’ai aussi le gros privilège de pouvoir travailler à distance et donc de pouvoir prendre de longues vacances. Comme ma famille est en France, cet été, je pars un mois et demi. Quand je dis ça à des amis, ils me regardent avec de gros yeux « Hein, tu pars un mois et demi?! » Oui; je ne peux pas avoir juste les inconvénients du travailleur autonome sans en avoir ses avantages. Travailler à distance c’est génial!

 

Qu’est-ce qui vous inspire ?

 

J’aime beaucoup mon travail, sa diversité, je n’ai jamais les mêmes taches à faire.

Les gens que je rencontre pour les magazines m’inspirent beaucoup. J’ai rencontré des personnes extraordinaires. Des artistes. Mais pas seulement. Dans Portrait, par exemple, on met en avant des gens qui font des choses admirables, mais dans l’ombre : des infirmières, des personnes qui aident les jeunes décrocheurs à avoir un diplôme, etc. Rencontrer ces personnes qui participent à changer le monde à leur manière, c’est extrêmement enrichissant.

 

 

Quels sont vos projets pour 2016 ?

 

Continuer mes activités, que ce soit les magazines ou les autres projets. Nous avons maintenant des versions numériques des magazines et LUXE est distribué à New York et Toronto depuis peu.

 

 

Related Posts with Thumbnails

Author: Christine

Fondatrice de Réinventer le Quotidien, Christine est la rédactrice en chef du site. Elle est titulaire d’un B.A en marketing obtenu à Dublin et d’un M.A. en communication de l'UQAM. Le jour, elle est stratège en contenu, rédactrice web, journaliste et naturopathe; tandis que le soir, elle est une maman et une conjointe épanouïe. Christine est passionnée par la santé, le bien-être, la Slow Life, le minimalisme, la cuisine, les voyages, les relations humaines et aime créer des ponts entre chacune de ses passions. Son credo? « Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité. »

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This