Et si le bonheur commençait avec la concentration?

Ordinateurs, cellulaires, publicités à chaque coin de rue, bruits de la ville et j’en passe; nous vivons dans une société hyper-connectée et hyper-stimulée qui laisse peu de temps de repos à notre cerveau. Souffririons-nous dans ce cas, toutes et tous, de troubles de l’attention? C’est l’hypothèse du neuroscientifique français Jean-Philippe Lachaux, auteur d’un nouvel ouvrage Le cerveau funambule.

Ce manque de concentration serait-il la source de notre malheur et de notre incapacité à être pleinement heureux?

Gros plan sur ses recherches et découvrez quelques trucs pour vous aider à contrôler vos penser et continuer de tendre vers le bonheur.

 

Concentration

 

Un cerveau distrait

Le neuroscientifique Jean-Philippe Lachaux, directeur de recherche à l’Inserm, au centre de recherche en neurosciences de l’Université de Lyon, explique dans son livre Le cerveau funambule comment notre cerveau est toujours (et facilement) distrait. Selon lui, il existe souvent un décalage entre « ce que l’on souhaite faire et ce que l’on doit faire ». Un décalage qui peut être bien frustrant à vivre quotidiennement pour plusieurs d’entre nous, que ce soit sur un plan professionnel ou personnel.

À l’écoute parler, on dirait un peu un bouddhiste. Calme, posé, zen, attentif, Mr Lachaux commence à s’intéresser aux problématiques liées à l’attention en observant les sportifs de haut niveau: comment arrivent-ils à conserver une attention maximale dans des moments de grande pression ? se demande-t-il. Ce que l’on appelle le « mental » serait-il en fait la capacité d’être pleinement attentif et concentré sur le jeu ? Dans une entrevue donnée sur France Inter il explique que « la qualité de notre attention détermine notre rapport aux autres et au monde. »

 

Le « je », une collection de systèmes qui essayent de s’accorder

Lors de ses travaux, il compare les réactions neurologiques du cerveau pendant une lecture attentive et une lecture distraite. Dans le premier cas, il remarque que lorsque nous sommes concentrés, nous gardons en mémoire ce sur quoi nous sommes concentrés. Par ailleurs, dans le second cas, il constate que le cerveau est à peine envahi par l’activité et qu’il est, d’ailleurs, à peine en activité; ce qui démontre un engagement partiel de ce dernier dans sa tâche.

Selon lui l’attention est un animal sauvage qu’il faut apprivoiser. Elle s’apprend, elle se pratique, elle se digère doucement.

Sachez également que notre cerveau est fait pour s’adapter rapidement à une situation extérieure. En effet, il est composé de 100 milliards de neurones connectés dans tous les sens. Donc, par exemple, s’il y a un bruit à côté de nous, il va cesser immédiatement son activité pour ordonner à nos yeux de regarder ce qu’il se passe. De même, s’il aperçoit une publicité avec un visage agréable, disons, qui sourit, cela le renvoie à une sensation agréable de plaisir; il va donc se détacher de ce qu’il faisait pour baigner dans ce sentiment. Il est donc très sensible au monde qui l’entoure et donc très facilement « perturbable ».

Mais pas de panique. La concentration ça s’apprend, selon Mr Lachaux. Il existe des trucs pour y parvenir bien qu’il faut être conscient qu’il y a un processus d’apprentissage. L’intérêt de faire cet apprentissage est de développer une vraie efficacité sur chaque tâche que l’on accomplira jumelée à un sentiment de bien-être.

Aussi être concentré stimulera votre côté créatif. Difficile d’être vraiment créatif quand l’attention part dans tous les sens.

 

Être concentré ce n’est pas plus fatigant

Au contraire. De toutes dernières recherches révèlent que l’attention n’est pas fatigante en soi. Ce qui est fatigant ce sont les conflits entre plusieurs cibles attentionnelles: par exemple lorsque nous essayons de faire attention à deux choses en même temps, notre cerveau se fatigue plus vite. Le repos repose dans le fait d’avoir une attention unique. Quand nous sommes très concentrés sur quelque chose nous sommes tellement absorbés que nous avons la sensation que le temps s’arrête (ou au contraire de ne pas le voir passer) auquel se joint un sentiment de satisfaction.

 

 

Développer une meilleure maitrise de l’attention dans sa vie, ça s’apprend

Mr Lachaux développe des techniques pour nous aider à apprivoiser notre attention. En voici quelques-unes:

1) Si vous remarquez trop tard que vous n’êtes plus concentré, il sera très difficile de retrouver votre attention.

Essayez donc de vous reconcentrer aussitôt que vous sentez votre cerveau partir.

2) Fixez-vous un seul objectif à la fois.

Nous nous fixons plein d’objectifs en même temps ce qui est terrible pour le cerveau. Il a besoin de faire une seule chose à la fois pour ne pas être en suractivité. Mieux vaut faire des « mini-missions » de 2-3 minutes seulement pour se consacrer sur une tâche à la fois! Ne pas se fixer trop d’objectifs à la fois et qu’ils soient bien clairs.

3) Faire des listes peu aussi aider à « dompter ses neurones ».

Faire des listes pour que le cerveau puisse se décharger et qu’il n’ait pas à garder en mémoire trop d’information à la fois. Il est conseillé aussi de décomposer aussi au maximum les tâches inscrites sur la liste pour aider le cerveau à mieux comprendre. Il faut découper de façon consciente et volontaire ce que l’on a faire. Comment faire concrètement ? Par exemple on n’écrira pas « faire le ménage » mais « passer l’aspirateur », « passer la mop », « ranger le salon », « classer les DVDs », etc.

4) L’hypnose aise à stabiliser l’attention.

L’autohypnose peut être intéressante aussi puisqu’elle ne requiert pas l’aide d’une tierce personne.

5) La méditation.

C’est une technique pour contrôler son attention et la ramener si elle s’échappe – concentration sur la respiration par exemple.

 

Quelques références pour aller plus loin:

Related Posts with Thumbnails

Author: Christine

Fondatrice de Réinventer le Quotidien, Christine est la rédactrice en chef du site. Elle est titulaire d’un B.A en marketing obtenu à Dublin et d’un M.A. en communication de l'UQAM. Le jour, elle est stratège en contenu, rédactrice web, journaliste et naturopathe; tandis que le soir, elle est une maman et une conjointe épanouïe. Christine est passionnée par la santé, le bien-être, la Slow Life, le minimalisme, la cuisine, les voyages, les relations humaines et aime créer des ponts entre chacune de ses passions. Son credo? « Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve, une réalité. »

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest

Share This